quinta-feira, maio 17, 2012

Régine- 2009, um ano incrível!


Régine- 2009, um ano incrível!
por Ovadia Saadia
Editor internacional
Veja abaixo BIO pelo Guia da Revista da Folha/ Data Folha


2009 semble être l'année du grand retour de Régine ! Après son album Régine's Duets (un superbe album composé de prestigieux duos avec les plus grands artistes), voilà que la Diva de la nuit de 79 ans revient vous chatouiller les narines. Une expérience qu'elle avait déjà tentée... et réussie : en 1989, sortait le parfum Régine's, qui se distinguait par des notes de framboise, de rose, de fleur d'oranger, et de vanille entre autres. Un véritable succès (plus de 10 millions de flacons vendus) que la pétillante et flamboyante chanteuse rousse compte bien réitérer avec son dernier bébé Zoa Night Perfume.


Distribué en exclusivité chez Colette depuis le 2 juin, ce parfum dégage gaieté et sensualité. Il est possible de détecter en notes de tête de la verveine et du yuzu, en notes de coeur de la rose poivrée, de l'orchidée et de la pivoine ; et en notes de fond du patchouli, de l'ambre et de la vanille. Un subtil mélange qui confère à ce parfum, une senteur orientale agréable et raffinée. Mais pour Régine et son équipe, l'expression "peu importe le flacon pourvu qu'on ait l'ivresse" n'est absolument pas de mise : car si le contenu est déjà envoûtant, le contenant l'est tout autant. Les courbes de ce flacon aussi sensuelles que glamour sont signées Thierry Lecoule quand le design de l'écrin, sobre et chic de couleur noir sur lesquelles des lettres d'or y sont inscrites, est de Stéphane Ganneau. Un travail soigné et délicat qui met en exergue toute la beauté et l'harmonie de ce nouveau parfum aux effluves exquises.


Forte personnalité, Régine n'en reste pas moins une femme coquette et a voulu retrouver cet aspect dans son deuxième parfum qui se veut être l'accessoire incontournable de la femme glamour, espiègle et séductrice. Une femme moderne et active la journée, qui joue de ses charmes avec finesse, la nuit venue. Un environnement que la grande Dame, Régine connaît bien. Et pour donner vie à cette senteur enivrante, l'équipe de Parfums et Beauté de Paris (avec qui Régine a collaboré) a choisi une beauté rousse endiablée pour la publicité. C'est donc la sublime Deila Katherina Vogur, une jolie Lituanienne de 23 ans, qui prête les traits de son visage à la vidéo illustrant la publicité de Zoa Night Perfume. Un rôle important qu'elle porte à merveille, avec grâce et sensualité. Un rôle d'autant plus important que c'est un clin d'oeil malicieux à l'un des titres-phare de la chanteuse : La grande Zoa (en 1966).


Pour la grande soirée de lancement du parfum Zoa, la chanteuse a fait les choses en grand dans la boîte de nuit qui porte toujours son nom - mais elle n'en est plus propriétaire depuis 1999 -, le très (re)connu Régine's de Paris. Lieu prestigieux et... invités superstars. Hier soir, de nombreux convives avaient fait le déplacement pour soutenir leur amie Régine. En plus de Deila Katherina Vogur (la jolie rousse qui prête ses traits au parfum dans la publicité), il était possible de voir des proches de Régine comme Alain Delon (récemment croisé au concert de Johnny Hallyday), - aucune inquiètude pour sa main droite bandée, une petite opération du canal carpien qui était bouché - Isabelle Adjani (splendide lors du Festival de Cannes), ou encore Nikos Aliagas. Ce dernier avait tenu à être présent pour voir son amie et ce, bien qu'il sortait tout juste d'un concert de Roch Voisine (durant lequel il est monté sur scène pour un duo, avant de signer quelques autographes, d'ailleurs !).

D'autres célébrités ont également assisté à cette soirée comme Guillaume Gallienne (comédien, sociétaire de la Comédie Française et humoriste dans Le Bonus de Guillaume dans Le Grand Journal de Canal +), Lova Moor, Orlando (dont le neveu Luigi Gigliotti a rédigé un livre-souvenirs sur Dalida), Viviane Blassel, Christophe Beaugrand ou encore la chanteuse Maurane. Etaient aussi présents : le jet-setteur Massimo Gargia, la grande photographe Ellen Von Unwerth, le businessman amoureux du foot Jean-Claude Darmon et sa compagne Hoda Roche ou encore Eliane de la Béraudière (responsable presse du lancement du parfum). Mais si les amis étaient bien là, la famille aussi puisque Daphné Rotcage, son unique petite-fille s'était mis sur son 31 pour embrasser sa grand-mère Régine !


Décidément, que ce soit pour sa carrière ou son business, Régine l'intemporelle a... du nez !


AJC
Biographie de Régine
Régine voit la nuit le 25 décembre 1929 à Anderlecht (Belgique). Conçue en Argentine par des parents polonais, elle reste apatride jusqu'en 1969 puis obtient la nationalité française. Dès son enfance, Régine réalise rapidement que la vie est une lutte permanente. Son père Joseph, joueur invétéré perd la boulangerie familiale au poker. La famille part alors s'installer à Paris. Très vite, sa mère les abandonne pour l'Amérique latine ; elle réapparaît bien des années plus tard dans des circonstances peu reluisantes. Bourlingués de bars en bistrots par un père peu enclin à la raison, les enfants se retrouvent placés en pension.

En 1939, la guerre sévit dans le pays et Régine apprend ce que survivre signifie. Constamment transférée de pension en famille d'accueil, elle comprend peu à peu que son nom (Zylberberg) ne sera pas facile à porter. Durant l'Occupation, Régine est mise à l'abri dans un hospice et rencontre Claude en 1943 dont elle finit par s'éprendre ; il lui fait alors la promesse de l'épouser à l'issue de la guerre. Mais Claude est fait prisonnier par les nazis dans l'un des derniers trains en Août 1944.

A la Libération, Régine savoure les bals américains et sa grande passion : la danse. Après avoir refusé un somptueux mariage que lui offrait son père, elle se voit placée de nouveau à la pension des Lilas, en plein été, avec une poignée de jeunes filles esseulées. Elle va les initier à la danse avec son gramophone et des disques qu'elle a emportés avec elle. A la rentrée des classes, Régine est déjà connue de toutes... La légende se construit.

De retour dans la capitale, Régine et son amie Monique découvrent les lieux incontournables de Paris où elles s'initient au jazz, au be-bop ainsi qu'à toutes les autres danses du moment. Enfin, Régine goûte au plaisir de la liberté ; elle peut désormais sortir, partager son temps avec les personnes qu'elle affectionne. Mais, le rêve se brise net lorsque son père Joseph lui impose de tenir son café. A 16 ans, Régine devient patronne d'un bistrot de Belleville et va noyer ses peines dans les romans et la musique.

En 1947, Régine se marie avec Paul, un jeune commerçant. Elle donne naissance à son fils unique, Lionel, le 13 Août 1948. Mais, Régine songe toujours à la réussite... Le 31 décembre, elle emmène Paul réveillonner dans un lieux chic du moment : Le Bœuf sur le toit. Elle s'égare à nouveau dans les caprices du luxe et de la fête. La semaine, elle confie son enfant à une baby-sitter pour sortir danser. Son couple se dégrade... La famille entreprend de la soumettre à une psychanalyse.

En 1951, Régine divorce et quitte Paris pour se rendre à Juan-les-Pins; elle y rencontre la directrice d'un lieu en vogue qui lui demande d'animer des soirées en dansant avec ses complices. Cette activité lui vaudra le sobriquet de « toupie tournante ». Elle côtoie la jeunesse ambitieuse et constitue un « clan » autour d'Henri Salvador, Eddie Constantine, Moustache...

De retour à Paris, Régine occupe une place essentielle dans les nuits parisiennes. Jamais fatiguée, elle est conviée dans les dîners mondains pour danser et mettre l'ambiance. Elle demande à Paul Pacini de rouvrir « le Whisky à Gogo » rue du Beaujolais. Elle rédige alors la première page de sa vie de « Reine de la nuit ». A la fois barmaid, disc-jockey, videur et dame pipi, Régine réunit le tout Paris en deux mois. Des cours de Cha-cha-cha sont donnés à la jet-set le dimanche après-midi. Régine devient un véritable phénomène de mode, les gens ne viennent plus au « Whisky à Gogo », mais ils viennent chez Régine.

En 1954, Paul Pacini ouvre un nouveau « Whisky à Gogo » à Cannes, mais la concurrence est rude. C'est pourquoi il fait une nouvelle fois appel à Régine qui, accompagnée de ses copains, accepte d'y descendre pour quelques soirs pour insuffler un peu de vie à l'établissement. La réputation du lieu se fait rapidement. Dès que quelqu'un se présente à l'entrée, elle le refoule et lui dit que c'est complet... Le bruit court vite et une interminable file d'attente se dessine devant la porte.

En 1956, Régine s'installe à son compte en louant un club situé Rue du Four. Elle y refait une décoration très soignée et aménage la cave. Régine se prépare au Yé-yé...
En avril 1961, Régine se découvre une grande admiration pour la comédie musicale West Side Story. Elle invite la troupe chaque soir « Chez Régine », où l'équipe s'échauffe avec de curieux mouvements de jambes qui l'intriguent. Il s'agit du twist. Elle fait alors revenir les disques de Chubby Checker et les diffuse dans sa boite. C'est immédiatement le triomphe ! En mai, elle ouvre le temps d'un festival, un nouvel établissement qu'elle baptise « Chez Régine à Cannes ». Les vedettes viennent alors danser sur Let's Twist Again . Le phénomène gagne toute la presse, Nice Matin titre « Régine lance le twist, la danse qui fera fureur... »


« Chez Régine », rue du Four, devient le passage mondain obligatoire. Les acteurs du film Le jour le plus long quittent les plages du débarquement et se rendent, le temps du long week- end pascal, à Paris afin de rencontrer chez Régine d'autres stars américaines comme Ava Gardner, John Wayne, Mel Ferrer, Gene Kelly, Audrey Hepburn. On y retrouve même Charlie Chaplin dansant le tango avec la patronne.

Cerchant sans cesse à se renouveler et à devancer la mode, Régine est consciente que le twist va vite s'essouffler. Elle décide alors de s'installer boulevard Montparnasse dans une boîte de strip-tease fermée depuis un an. Entièrement redécoré par François de Lamothe dans un style Art Déco, ce nouveau lieu sera baptisé « New Jimmy's ». Dès l'ouverture, c'est une réussite totale ; il y a un tel déferlement que la propriétaire des lieux doit servir le champagne sur le trottoir. Régine devient l'impératrice de la nuit !

Un soir de 1963 Renée Lebas, chanteuse populaire reconvertie dans la production, dit à Régine : «Tu as une voix étonnante, tu devrais chanter ». Tout s'enchaîne très vite, Charles Aznavour lui conseille d'apprendre les grands classiques. Elle s'équipe alors d'un piano et prend des cours de chant. Régine présente un style atypique par rapport à la scène artistique de l'époque ; sa personnalité est à la fois éclectique et paradoxale, tantôt réaliste, mélancolique, tantôt humoristique. Le style « Régine » est qualifié par la presse de « sophistiqué ». Elle sort son premier 45 tours avec deux titres d'Aznavour.

qui lui dira : « Ca marchera parce que vous ne ressemblez à personne. Et puis vous, vous êtes «une mariole ». Vous connaissez les trucs avant de les avoir appris... » . Régine retrouve Le 27 janvier 1965, Régine fait son premier spectacle chez Maxim's. Puis la première partie d'un gala de charité organisé par Maurice ChevalierSerge Gainsbourg à travers France Gall qui remporte le prix de l'Eurovision avec Poupée de cire, poupée de son. Ils se connaissent depuis le « Whisky à gogo », rue du Beaujolais. Gainsbourg lui propose alors J'te prête Charlie, mais il s'appelle Reviens puis lui sort timidement de sa poche un texte en disant « j'ai ça, une autre chanson, on ne sait jamais... » Ce sont les P'tits Papiers...
 L'année 1968 est détonante pour Régine. Le 16 janvier, elle obtient sa première représentation à l'Olympia pour participer à un Musicorama avec Europe n°1. Le triomphe est indiscutable avec 17 rappels du public. Elle reçoit le prix du Rideau Rouge qui distingue la vedette de Music-hall la plus marquante de la saison. Le 6 février, elle est invitée à chanter aux côtés de Gilbert Bécaud à l'occasion de l'ouverture des Jeux Olympiques de Grenoble. Le 12 décembre, Régine remonte sur la scène de l'Olympia en co-vedette avec Raymond Devos, le tout, mis en scène par Jacques Charon. En septembre de la même année, Régine incarne un rôle important sur grand écran dans le film de Claude Berri : Mazel Tov.

Début 1969, Mazel Tov (Marry me Marry me, titre américain) sort aux Etats-Unis et remporte un grand succès. Elle décide de faire une scène au Carnegie Hall. Sans producteur, elle loue seule des espaces publicitaires dans les journaux : « Régine, la vedette de Marry me ! Marry me ! sur scène». Salles combles, le public est conquis.
En 1973, après plusieurs petits galas et une comédie musicale, Régine retrouve le succès sur la scène de Bobino en appliquant le même principe qu'à Monte Carlo: un répertoire animé d'attractions et une mise en scène incroyable signée Nathalie Bataille qui, comme à l'accoutumée, déroutent le public de l'époque. Les journaux sont inondés d'articles gratifiant le show.

Fin des années 70, Régine poursuit sa conquête du monde avec l'ouverture de plusieurs boîtes dans des villes prestigieuses. Elle se lance un nouveau défi en s'installant à New York. Son établissement est rapidement une réussite totale. Tina Turner viendra même y chanter quelques soirées. Tous ses rêves de petite fille sont à présent réalité ; Régine est à la tête du « Jimmy's », des dix-huit « Régine's », du restaurant Le Doyen, d'une ligne de parfums... Mais sa carrière de chanteuse en pâtit, ses scènes se font rares et deviennent des événements exceptionnels.

En 1984, Régine créée S.O.S Drogue International dans le but de proposer des solutions concrètes aux personnes toxicomanes en situation d'exclusion. Aujourd'hui, c'est la première association Française du secteur.
En Décembre 1989, Régine fait son grand retour à la Cigale avec un spectacle en deux parties, l'une sépia, l'autre multicolore. Un événement que son public attendait depuis 16 ans... Deux ans plus tard, Régine revient à l'Olympia pour y chanter de nouveau son répertoire très personnel et unique.

Septembre 1993, Régine s'installe aux Bouffes du Nord pour sept jours de triomphe absolu. Elle va lentement tourner une page importante de sa vie en quittant le monde de la nuit pour se consacrer entièrement à sa carrière de chanteuse. Régine est formelle : « j'ai ouvert le grand livre de la nuit en 1954, aujourd'hui je l'ai refermé. »
Février 2004, Régine sort Made in Paname avec treize nouvelles chansons écrites par de grands auteurs comme Renaud, Marc Lavoine, Claude Posternak, Marie Nimier et Jean Rouaud. Cet album est une nouvelle étape dans sa carrière de chanteuse, davantage un retour aux sources qu'un come-back. Made in Paname contient également Fashion Victime, le premier texte que Régine écrit. Régine se produit les 11,12 et 13 mai, aux Folies Bergères avec une mise en scène signée Pierre Palmade. Véritable spectacle de music-hall, Pierre Cardin est conquis et lui ouvre ses portes pour 26 représentations exceptionnelles à la rentrée 2004.

Mai 2005, Régine crée une nouvelle fois la surprise en participant à « La Ferme Célébrités », émission de télé réalité où des personnalités vivent quotidiennement les tâches de la ferme. Régine y défend son association « SOS Habitat et Soins » avec rage et passion. Pendant plus de 8 semaines, elle nous montre une nouvelle fois que se battre est essentiel.


En 2006, sort un album hommage aux textes que Gainsbourg lui a composés, intitulé Gainsbourg fait chanter Régine. Régine publie également un ouvrage, édité aux Editions du Rocher, Moi, mes histoires.
En 2008, Régine fait son grand retour dans la musique en offrant à son public des reprises de tous ses plus grands tubes, en duo avec des artistes prestigieux et ecclectiques, tels que Robbie Williams, Boy George ou encore Liza Minnelli. La Happy Piaf, comme la surnomment les américains, n'a pas fini de nous surprendre...

Régine no Brasil: os anos 80



Nenhum comentário:

Postar um comentário