terça-feira, outubro 23, 2012

Morre a estrela de Nina 1940, Crônica de um amor aos 62 anos

Nina se apaga
 
Morre após longa enfermidade aos jovens 62 anos Catherine Jourdan, esquecida e lindíssima atriz - musa alternativa do cinema francês,s estrela de Nina 1940 de Albicocco
 
 
Catherine nasceu 12 de agosto 1948 em Azay-le-Rideau (Indre-et-Loire), Catherine Jourdan chegou a Paris como modelo, ela começou seu treinamento com Yves Furet, antes de começar a fazer filmes, em pequenos papéis. Logo, ficou famosa com Alain Delon em Le Samourai (1966) e A garota da motocicleta (1967). Alain Robbe-Grillet oferece-lhe o papel principal no Éden, em 1970 e depois. Ela encontra o seu maior sucesso com seu papel de Nina no maravilho e inesquecível (para quem viu; no Brasil o filme passou em 1976 nos cinemas da FJ Lucas e no CineSesc e Arouche em SP com grande sucesso) NINA 1940 CRÔNICA DE UM AMOR (LE PETIT MATIN, 1971) de Jean-Gabriel Albicocco, um esquecido e dos mais bonitos filmes de todos os tempos do dietor que viveu os últimos dias da sua vida no Rio de janeiro.

Na década de 1970, ela interpretou papéis cômicos, como a rainha no The Four Musketeers e The Chariot Chariot na loucura, mas de uma forma mais dramática com o erótico Casamento com a minha maneira de Mardore Michel em 1974 e nos anos 80 em o  ruim e pretensioso filme Afrodite (1982) com Valerie Kaprisky. Em 1986, ela transforma o Satin Aranha Jacques Baratier, depois pára sua carreira cinematográfica em 1989 com o curta-metragem The Night of the Stars. Sua morte foi uma surpresa em Paris, pois vivia muito discretamente. Pouco se sabe de sua vida pessoal.
 
 
 
C'est officiel |

Catherine Jourdan est morte, oubliée

L’icône des seventies s’est éteinte à 62 ans

De faux airs de Jean Seberg, un goût prononcé pour les films d’art et d’essai et les rayons X, la magnétique et troublante Catherine Jourdan a rendu l’âme.

«Catherine Jourdan s’est éteinte à la suite d'une longue et douloureuse maladie. Aujourd’hui le 7e art est en deuil, le mouvement d’avant-garde des années 1970 aussi. Cathy (pour ses proches) laisse derrière elle une très belle page de l’histoire du cinéma», a écrit un contributeur anonyme sur le blog de l’Editeur Singulier. Celle qui a bousculé les mœurs de son époque a succombé à une embolie pulmonaire le 18 février à l'âge de 62 ans, a annoncé le photographe et plasticien Alain Fleischer, dont elle fut l'égérie et la compagne. Elle a été inhumée jeudi 24 au Père Lachaise dans la plus stricte intimité.



Née le 12 octobre 1948 à Azay-le-Rideau (Indre-et-Loire), Catherine Jourdan, physique longiligne, front large et regard provocateur à la Twiggy, est arrivée dans la capitale comme mannequin avant de se lancer devant les caméras, notamment dans Le Samouraï de Melville, en 1966. L'année suivante, elle joue dans l'adaptation de La Motocyclette de Mandiargues, avec Alain Delon, encore, et Marianne Faithfull. Puis cette fille fragile et mystérieuse apparaît dans Vivre la Nuit, de Marcel Camus, fiction sur le Paris Nocturne où l'on retrouve Jacques Perrin, Serge Gainsbourg, Kriss ou encore Hervé Vilard.

Soixante-neuf/année érotique, la lolita délurée s’exhibe dans un film à sketches italien, Évangile 70, et dans Un Merveilleux Parfum d'Oseille, signé Rinaldo Bassi.

 Mais c'est Alain Robbe-Grillet, réalisateur et écrivain -l'un des papes du Nouveau roman- qui, avec le mythique L'Eden et Après, la propulse actrice cul(te) qui compte d'ailleurs encore de nombreux fans.


Modèle et muse pour Alain Fleischer, Catherine Jourdan tient ensuite les rôles principaux de ses opus, entre carré rose, souffre et féérie. Elle marque de sa grâce et de son empreinte féline Les Rendez-Vous en Forêt (1971), Dehors Dedans (1975) et l’incestueux Zoo Zéro (1978), avec Klaus Kinski.
«Elle a mené une carrière très singulière, à la fois adulée et marginale, reconnue d'un cinéma d'auteur, expérimental», a rappelé son Pygmalion, chantre du cliché porno-urbain, évoquant «sa coupe courte et blonde, et surtout son teint diaphane qui accrochait extraordinairement la lumière».

Puis la gamine underground se tourne vers les comédies légères comme Les Quatre Charlots Mousquetaires et Les Charlots en folie: À Nous Quatre Cardinal ! d'André Hunebelle. Pas à sa place en Une de Télé 7 Jours, elle retrouve ses démons et son style torturé dans le drame Le Mariage à Ma Mode de Michel Mardore en 1974 (l'histoire d'un journaliste de province trompé par sa femme qui devient complice sexuelle d'une homosexuelle). Inspirée et déshabillée, toujours, elle s’essaie aussi au thriller minimaliste avec Blondy de Sergio Gobby. Puis tente une incursion dans le genre libertin soft avec Aphrodite (1982), en partenaire de charme de Valérie Kaprisky.


En 1984, L'Araignée de Satin, de Jacques Baratier, sur un scénario de Catherine Breillat, avec Ingrid Caven et Roland Topor, Le Diable et la Dame, avec Richard Bohringer, et L’itinéraire de la Haine, les aventures fantasmées d'une Française à Mexico, scellent brutalement la fin du succès.

Depuis, cette éternelle jeune fille vivait retirée du showbiz et menait une existence discrète, «considérant qu'on ne lui proposait plus de personnages à la hauteur de ses attentes», a conclu Alain Fleischer, reconnaissant qui l'avait lui-même un peu perdue de vue.


Catherine Jourdan (née le 12 octobre 1948 et morte le 18 février 2011[1]) est une actrice française.

 

Biographie

Née le 12 octobre 1948 à Azay-le-Rideau (Indre-et-Loire), Catherine Jourdan arrive à Paris comme mannequin, elle commence sa formation avec Yves Furet, avant de débuter au cinéma, dans de petits rôles auprès d'Alain Delon, dans Le Samouraï (1966) et La Motocyclette (1967). Alain Robbe-Grillet lui offre le rôle principal dans L'Éden et après en 1970. Elle rencontre son plus grand succès avec son rôle de Nina, dans Le Petit Matin de Jean-Gabriel Albicocco.
Dans les années 1970, elle joue des rôles comiques, comme la reine dans Les Quatre Charlots mousquetaires et Les Charlots en folie, mais aussi dans un registre plus dramatique avec Le Mariage à ma mode de Michel Mardore en 1974, puis dans les années 80 dans le film érotique Aphrodite (1982) avec Valérie Kaprisky. En 1986, elle tourne L'Araignée de satin de Jacques Baratier, puis sa carrière cinématographique s'arrête, en 1989, avec le court-métrage La Nuit des étoiles.
Catherine Jourdan meurt le 18 février 2011, à 62 ans, d'une embolie pulmonaire.

Filmographie

L'information est passée quasi inaperçue il y a quelques jours. L'actrice française Catherine Jourdan est morte le 18 février, à la suite d'une embolie pulmonaire. Catherine Jourdan était née le 12 octobre 1948 à Azay-le-Rideau puis était partie à Paris pour mener une carrière de mannequin avant d'être repérée par le cinéma. Elle a notamment tourné avec Alain Delon dans « Le Samouraï » mais son rôle principal c'est Alain Robbe-Grillet qui lui offrira dans « l'Eden et après » en 1970 avant que Jean-Gabriel Albicocco ne lui donne le rôle de Nina dans « Le Petit Matin ». Sa carrière cinématographique s'est arrêtée en 1989 avec « La Nuit des étoiles ».









 

2 comentários:

  1. Eu gostaria muito de assistir esse filme, Nina 1940, onde posso encontrar, você saberia? Precisaria ter, no mínimo, legenda em inglês.

    Você conhece o livro em que se baseou o filme? É lindo.

    ResponderExcluir
    Respostas
    1. desculpe a resposta tão tarde, posso lhe oferecer uma cópia deste belíssimo filme

      Excluir